Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2013

Sami Bouajila et Audrey Dana interrogent le couple dans RING au théâtre.

Si vous croyez que tout a été dit sur l'intimité des couples dans la littérature et le cinéma, vous êtes présomptueux, car RING prouve avec audace qu'il est possible d'avoir un regard aussi vif qu'inquisiteur sur les rapports modernes entre l'homme et la femme. Il faut dire que la forme est réussie avec Audrey Dana et Sami Bouajila, qui dévoilent leur polyvalence à jouer ce texte de Léonore Confino.

On vous offre un petit extrait :

ELLE : Je vais te poser une question difficile. Elle va te paraître adolescente mais elle me tortille la tête tous les jours, alors je me dis qu’il ne faut pas la réfréner. Ca contribue aussi au travail que je fais sur moi en ce moment, pour exprimer tout de suite ce qui se passe dans ma tête avant que ça ne se transforme en bombe. Comme c’est dur. Je me calme. Je vais me lancer. D’ailleurs, je précise à l’avance que tu as le droit de prendre ton temps, de conduire ta réflexion sur plusieurs jours, et même pourquoi pas, de ne pas répondre si ça t’embarrasse Sache que dans tous les cas, je préfère le silence à la malhonnêteté.

LUI : Tu la poses ta question !

ELLE : Attention, on ne me brusque pas. Il faut avoir totalement confiance en son partenaire pour oser lui confier une interrogation pareille. En même temps, prenons ça comme un jeu. Tu te souviens ces petites devinettes qu’on se posait quand on jouait à « Action ou vérité » au collège. Soyons joueurs ! Tu es prêt ? Je peux me lancer ?

Un temps.

Voilà. Si dans une vie virtuelle tu devais choisir une maîtresse parmi toutes mes cop…

LUI : Sans hésiter, Christina.

À partir du 1er octobre
Du mardi au vendredi à 21h, le samedi à 16h et 21h.

Théâtre du Petit Saint-Martin

17 rue René Boulanger
75010 Paris
Métro Strasbourg-St-Denis

Billetterie :
Tél. 01 42 08 00 32

RING-40x60.jpg

31/05/2013

Titanic, embarquement immédiat à la Porte de Versailles

Ice Wall.jpg
Une petite croisière, cela vous tente ? Du 1er juin au 15 septembre 2013, le parc des expositions de Paris (Porte de Versailles, Pavillon 8) accueillera une exposition consacrée au Titanic.

Un hommage à cette tragédie, qui avait fait plus de 1 500 victimes, dans la nuit du 14 au 15 avril 1912, lorsque le Titanic, plus grand navire jamais construit au monde, a sombré suite à une collision
avec un iceberg.

L'exposition est axée sur les récits marquants d’hommes et de femmes à bord du légendaire RMS Titanic, des histoires retracées grâce à plus de 280 reliques et des reconstitutions des cabines du navire.

De nombreux objets uniques tels que du parfum appartenant à un fabricant se rendant à New York pour vendre ses échantillons, ou de la porcelaine de Chine portant le logo du fleuron de la White Star Line, la toque d’un cuisinier ou encore le sac de voyage d’un des passagers permettent de tisser un lien émotionnel avec toutes ces victimes.
Exposition Titanic, Paris Expo, Porte de Versailles, Pavillon 8

Du 1er juin au 15 septembre 2013 / Ouvert tous les jours de 10h à 18h en juin et de 10h à 19h en juillet, août et septembre.  Fermetures exceptionnelles : les mardis 4, 11, 18 et 25 juin.

Métro : Porte de Versailles. Tarifs : de 12,90 € à 15,90 €  Audio-guide inclus

 

TITANIC 40x60-JHD.jpg

16/05/2013

Prussian Blue, belle revue exigeante sur l'art

FASHION SHOOTING BY GUILLAUME DE SARDES from candid & young on Vimeo.

 

Aussi belle qu'intéressante, forcément destinée à un petit nombre, voici le quatrième numéro de la revue Prussian Blue.

Conformément à sa vocation qui est d’être un espace de création, Prussian blue présente dans ce numéro de printemps trois séries photographiques inédites : celle d’Antoine d’Agata (membre de la mythique agence Magnum), dont le travail d’inspiration bataillienne sur la sexualité et l’exploration des limites est internationalement reconnu.

prussianblueBarbara-Opsomer-523x800.jpg

Cette série réalisée au Brésil est accompagnée de notes prises par le photographe lors de ce voyage ; celles de Nicolas Comment et de Guillaume de Sardes qui pour l’occasion ont travaillé avec de jeunes comédiennes. Pour « Picture window », Nicolas Comment a photographié Barbara Opsomer. Pour « La Chambre close » Guillaume de Sardes a collaboré avec Regina Demina et le musicien et perfomeur Richard Blondel. La réalisation de ces deux séries a donné lieu à deux teasers signés Christophe Acker et à deux longues interviews des jeunes actrices. Le tout sera progressivement mis en ligne sur le site : www.prussianblue.fr

 

 

 

prussianblue.jpg

12/02/2013

Mummenschanz, rire pour toute la famille !

Voilà une sortie en famille à organiser du 21 au 26 mai au Casino de Paris, vous ne le regretterez pas car les Mummenschanz mérite leur réputation de drôlerie et de beauté plastique.

Tuyaux, ballons, coussins, avez-vous donc une âme ? Oui, si à l’intérieur de vous se trouve un Mummenschanz. Il y a près de quarante ans, deux Suisses et une Italo-américaine inventaient un genre à part entière : mélange de mime, de théâtre d’objets, de marionnettes géantes. Une suite de numéros émouvants et burlesques où jamais une parole n’est dite, où l’on entend nulle autre musique que les froissements, crissements et murmures des matériaux.

MUMMENSCHANZ - PHOTO 6.jpg

 

Partout où cette troupe de théâtre unique au monde se produit, elle remporte un immense succès. «Dès le levé du rideau par deux mains géantes, nous recevons une tempête d’applaudissements et les premiers rires», remarque Floriana Frassetto. Les médias partagent les réactions positives du public. «De l’art vivant» est proposé, «ce théâtre d’élite» resté jusqu’à ce jour hors du commun. Dernièrement un critique américain cite : «Qui a dit que l’art ne pouvait pas devenir vivant ?»

 


Du 21 au 26 mai 2013 au Casino de Paris

www.casinodeparis.fr

MUMMENSCHANZ _ VISUEL .jpg

06/02/2013

Mr et Mme Rêve, un show fou fou fou pour Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault

pietragallaafffiche.jpg

Danse et réalité virtuelle font bon ménage avec Mr et Mme Rêve qui sera au Grand Rex en mars 2014 à Paris. Et si la réalité virtuelle immersive et les technologies de simulation utilisées au quotidien dans l'industrie permettaient d'inventer un nouveau langage scénique au service de l'imaginaire?
C'est à cette question dont la réponse se trouve à la croisée de l'art, de la science et de la technologie, qu'une équipe d'ingénieurs-créatifs passionnés de Dassault Systèmes a répondu. En moins d’un an, ils ont créé avec Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault un spectacle d'un genre nouveau, donnant à voir et sentir l'irréalité virtuelle, celle de l'imaginaire.
Pour la première fois, les projections sur une surface de 200m² créent un univers immersif réagissant en symbiose avec les danseurs.


 « Tout ce que nous rêvons est réalisable »
Eugène Ionesco

un pari tenu, qu'il faudra aller découvrir. Réservations

pietragalla1.jpg

23/01/2013

Maria Callas au théâtre : gloire et désamour pour la grande diva

_DSC9989_Photo_Thierry_Beauvir.jpg

Maria Callas a été aimée, adulée pour devenir la légende que l'on sait.

Mais derrière le miroir, beaucoup de souffrances, d'orgeuil, de doutes, et au final une vie assez proche de celle de Barbara.

Interprétée par Lola Dewaere et Sophie Carrier, Maria Callas séduit la salle et l'émeut pendant 2 h 30. La très belle mise en scène de Raymond Acquaviva (qui joue aussi le mari de Maria Callas) sert bien la chute vertigineuse. On a beaucoup aimé Santini qui joue un Onassis plus vrai que nature.

_DSC9935_Photo_Thierry_Beauvir.jpg

La pièce de Jean-Yves Rogale, avec ses élans comiques et ses situations dramatiques, nous entraine dans les méandres de cette vie tumultueuse. Elle pose sur la scène le mal être de cette jeune femme myope qui se trouvait grosse et laide, à qui la nature avait pourtant donné une voix d’airain, mais dont la seule pensée était de pouvoir enfin être aimée d’un homme pour avoir un enfant qu’elle rêvait de chérir. Cette pièce nous montre comment, par l’accharnement d’une mère dépressive, par l’amour d’un briquetier passionné d’opéra, qui deviendra son Pygmalion, et par la mégalomanie du plus riche armateur de la planète, qu’elle aimera au dela du possible, cette femme, qui désirait tant être aimée pour elle même verra son espoir s’évanouir pour laisser place à une diva glamour, adulée des foules, dont les sautes d’humeur et les passions amoureuses s’étaleront sur le papier glaçé des magazines à gros tirage.

A partir du 22 janvier 2013 au Théâtre Déjazet

Réservations

 

laveritablecallas.jpg